L’énigme de la chambre 622 de Joël Dicker

« — Je vis un peu dans le passé…
— Nous le faisons tous, la rassurai-je. C’est une bonne façon de survivre. »

Synopsis :

Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais.

Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire.

Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?

Avec la précision d’un maître horloger suisse, Joël Dicker nous emmène enfin au cœur de sa ville natale au fil de ce roman diabolique et époustouflant, sur fond de triangle amoureux, jeux de pouvoir, coups bas, trahisons et jalousies, dans une Suisse pas si tranquille que ça.

Quelques petites infos :

  • Editeur : De fallois
  • Paru en : 2020
  • Nombre de pages : 569

Mon avis :

Je n’avais jamais lu de romans de Joël Dicker mais comme beaucoup j’ai vu la série « L’affaire Harry Québert » sur TF1. J’avais beaucoup aimé les nombreux rebondissements qui faisaient passer les soupçons d’une personne à l’autre. Même au niveau de la construction, des retours dans le passé, j’avais senti qu’il y avait quelque chose de particulier chez cet auteur. J’ai mis pas mal de temps avant de me lancer dans un de ses romans et j’ai profité de la sortie récente de ce dernier pour tenter ! 🙂

On m’avait prévenue que la narration était particulière et je ne dirais pas le contraire. Je ne sais pas si c’est récurrent et commun à tous ses romans mais je dois avouer que sa plume ne peut pas plaire à tout le monde. Je ne sais pas si je peux vraiment m’exprimer de cette façon mais les premiers adjectifs qui me viennent à l’esprit sont : calme, posée et détaillée. Très détaillée. Je me suis sentie parfois submergée, non pas par des descriptions de paysages comme c’est souvent le cas mais par des anecdotes des nombreux personnages qu’il met en scène.

Comme vous pouvez vous en douter, ce n’est donc pas un livre à lire en diagonale, vous vous y perdrez très vite sinon car il y a également énormément de retours dans le passé. En effet, on suit non seulement la vie de Joël, l’écrivain qui va enquêter sur l’affaire du palace Verbier, mais également les principaux concernés du meurtre qui a eu lieu 15 ans plus tôt. Macaire Ebezner, fils de la célèbre banque suisse Ebezner, sa femme Anastasia, ses collègues de travail, sa famille, des dizaines de personnages dont on connaîtra des anecdotes qui ne sont pas toujours indispensables à l’intrigue. C’est pas contre très immersif et on s’attache beaucoup plus aux personnages d’il y a 15 ans qu’à Joël Dicker et son acolyte qui l’a poussé à mener l’enquête. Petit bémol tout de même ; même si on suit principalement les quelques jours qui précèdent le meurtre, il y a également d’autres petits retours dans le passé qui sont parfois indigeste et perdent le lecteur, il faut s’accrocher.

Il y a également beaucoup de passage sur Bernard de Fallois, éditeur et défunt ami de l’auteur. Tout est raconté comme si l’auteur nous offrait un morceau de sa vie, de l’écriture de son roman, de ses soucis personnels et du deuil de ce monsieur qui a eu une place si particulière dans sa vie. Est ce que tout est vrai ? Je ne sais pas, j’avoue que je ne me suis pas renseigné. Si ça l’ait, l’attention est touchante. Sinon, c’est malheureusement un peu chiant parce que ces passages, même s’ils sont de moins en moins nombreux au fur et à mesure de la lecture, coupent complètement le rythme de l’intrigue principal à savoir le meurtre du Palace Verbier qui a eu lieu 15 ans plus tôt et où Bernard de Fallois ne tient aucun rôle.

Malgré tous ces petits détails particuliers, j’ai bien aimé ce roman. Les personnages sont attachants, il y a beaucoup de rebondissements et malgré mon acharnement, je n’ai pas réussi à deviner la fin. Je sais que les critiques ont été plutôt rudes mais comme je n’ai pas lu d’autres romans de Joël Dicker, je ne peux pas faire de comparaison. Alors si comme moi vous ne connaissez pas encore sa plume et que vous avez envie d’une enquête qui prend son temps, monte crescendo et vous fait tourner en bourrique, ce roman pourrait tout à fait vous plaire !

Ma note :

8/10

4 réflexions sur “L’énigme de la chambre 622 de Joël Dicker

  1. Tu devrais aimer ses autres romans, c’est vrai que son style ne plaît pas à tout le monde mais quand tu accroches dès le premier roman que tu lis, normalement ça devrait être bon pour les autres 😄
    J’ai eu un gros coup de coeur pour La Vérité sur L’Affaire Harry Quebert, j’ai bien apprécié Le Livre des Baltimore.
    Maintenant, j’ai hâte de découvrir un autre roman de l’auteur et celui-là a l’air très intéressant.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s