Ça commence par moi de Julien Vidal

« Adieu le « Faites ce que je dis mais pas ce que je fais » et place au « Je fais ce que je dis et je dis ce que je fais ». »

Synopsis :

Et si nous avions déjà les solutions dans notre quotidien pour changer le monde à notre échelle ?

Tester et adopter une action écocitoyenne chaque jour pendant un an, c’est le défi que s’est lancé Julien Vidal. Il a choisi de partager son expérience et a répertorié ses 365 actions sur le site internet cacommenceparmoi.org. Voici un récit de vie au pays de l’utopie écologique à l’énergie contagieuse et à l’optimisme entraînant, accessible et rassembleur. Des solutions du quotidien, simples, efficaces (et économiques) pour changer le monde, ou comment réduire son empreinte écologique par quatre et diviser la taille de sa poubelle par dix, tout en économisant 300 euros par mois et en se reconnectant avec soi-même.
« Oui, nous avons tous un rôle à jouer dans la préservation de notre planète. Oui, nous pouvons donner du sens à notre vie et agir pour que chaque être humain vive décemment. Je veux prouver que participer à la construction d’un monde meilleur, c’est possible, même pour le monsieur Tout-Le-Monde que je suis. Je vais partager ce vécu en toute transparence, en racontant les joies et les galères, les victoires et les échecs. Et si je me lance dans cette démarche, c’est surtout parce que j’ai envie d’être heureux. C’est parti, changer le monde, ça commence par moi ! »

Quelques petites infos :

  • Editeur : Seuil
  • Paru en : 2018
  • Nombre de pages : 304

Mon avis :

      Lire un livre comme celui-ci, ça n’était pas inné pour moi. Même si je m’intéresse à l’écologie et que j’essaye de changer mon quotidien pour faire attention à l’environnement, les livres ou témoignages sur le sujet me semblaient inaccessibles ou en tous cas trop radicaux. C’est avec le Blossom Spring Challenge que j’ai enfin passé le cap. Je me suis quand même pas mal renseigné avant parce que quitte à me lancer, je voulais être sûre d’aller au bout de la lecture. Et c’est un pari réussi !

Ce qui m’a convaincu tout de suite, c’est que l’auteur est une personne comme vous et moi, avec ses défauts, ses doutes et ses peurs. Sa façon de se lancer a été radicale et personnellement je n’aurais pas pu tout changer, me renseigner et m’y tenir en si peu de temps. Pourtant son histoire, ses inquiétudes et ses questions m’ont touchées et ont fait écho à celles que j’ai pu avoir et que j’ai encore aujourd’hui.

Avec 16 grandes thématiques, Julien Vidal touche à tout ; l’alimentation, le transport, les meubles, les vêtements, les produits d’entretien, les fournisseurs d’énergie, la banque, l’associatif … Attention, vous ne trouverez pas le détails de ses 365 actions mais plutôt son cheminement, ses questions, les réponses qu’il a trouvé et comment il a pu les inclure dans son quotidien. Pour chaque mois, on retrouve une sélection des habitudes qu’il a prises, un petit bilan qui m’a permis de prendre quelques notes mais c’est tout ce que vous aurez. Pour en savoir davantage, il suffit d’aller sur le site où l’auteur a démarré son aventure et son partage.

Que ce soit en ligne ou en livre, j’ai trouvé son parcours inspirant pour les personnes qui, comme moi, tâtonnent encore. Par contre, pour ceux qui sont déjà assez avancé dans leur cheminement écologique, je ne sais pas si le vécu de Julien Vidal sera aussi marquant. Personnellement, il y a des choses que je faisais déjà, d’autres qui m’ont convaincu de passer un cap, d’autres encore qui ne m’étaient même pas venu à l’esprit. Mais je pense que d’une personne à l’autre, la perception change. Pour ma part, il m’a pas mal perturbé dans le bon sens du terme. L’auteur pousse à se poser des questions et surtout à chercher des réponses concrètes.

Le soucis c’est qu’il a ses limites. Julien Vidal est parisien, ce qui lui permet d’avoir accès à des systèmes écologiques ou d’entraide beaucoup plus développés qu’ailleurs. Je n’ai pas testé toutes ces astuces mais pour vous donner un exemple, comme lui je n’ai pas de composteur ni de poules. A Paris, il existe des composteurs de quartier qui permettent aux habitants de déposer les déchets organiques. Après pas mal de recherches, les plus près de chez moi se trouvent à Lille ; 70 km aller-retour … Tout comme j’aurais adoré pouvoir donner de mon temps dans un supermarché coopératif mais le plus près est à … Lille. Bien sûr, d’autres villes commencent à s’intéresser à tout ça, il y a des projets en pourparlers mais pour l’instant rien de concret. Ce n’est pas tout à fait négatif puisque maintenant je vais pouvoir suivre ces projets et peut être pouvoir me mobiliser par la suite mais c’est dommage de voir que les choses prennent tant de temps à se mettre en place dès qu’on quitte les grandes villes …

Quoi qu’il en soit, si l’écologie est un sujet qui vous intéresse, que vous vous posez des questions, que vous doutez de pouvoir/ de vouloir changer votre quotidien, cette lecture peut vous intéresser. Même si aucun déclic ne s’opère, vous aurez enrichie votre culture générale avec les nombreuses thématiques qu’il aborde.

Ma note :

8/10

Une réflexion sur “Ça commence par moi de Julien Vidal

  1. Pingback: Bilan avril 2020 | Chroniques de Milleca

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s