Fanny Z de Josèphe Viallard

« Fanny marque une pause avant de poursuivre. Elle se dit que ce ne peut être qu’un signe du destin d’être là et d’avoir eu envie de regarder dans ces placards, de tomber sur ces cahiers. Après tout, pourquoi Rachel ne l’aurait-elle pas, elle-même, conduite à ce journal ? Fanny a senti comme une force qui la poussait vers cette chambre. Une auréole de mystère plane depuis toujours au-dessus de Rachel. Ce doit être le moment pour Fanny de lever le voile, de se rapprocher d’elle. Sans la trahir. »

Synopsis :

Fanny, jeune journaliste reporter au Moyen-Orient, doit rentrer précipitamment en France. Elle va s’isoler en Corrèze dans la maison de Rachel, sa grand-mère paternelle, morte depuis trois ans. Cette dernière, parisienne d’origine juive, s’était elle-même réfugiée en Limousin durant la Seconde Guerre mondiale. La découverte du journal intime de Rachel révèle à Fanny une période de la vie de sa grand-mère qu’elle ne soupçonnait pas, ce qui la plonge dans une quête des secrets familiaux liés à l’histoire de la Résistance locale…
Entre le chaos actuel du Moyen-Orient et les temps plus que troubles de l’Occupation, deux époques, deux lieux, deux personnages entrent en résonance. Avec son sens professionnel de la recherche des faits et de la vérité, Fanny se lance dans une enquête sur le secret enfoui de Rachel. La reconstruction progressive de l’histoire familiale se mêle dès lors à la grande Histoire. Mais c’est le goût de l’écriture, chez Fanny, qui mènera à la révélation… émouvante.
Cette fiction, qui fait entrer en vibration le destin de deux femmes à deux générations de distance, se joue des genres : à la fois roman familial, policier, historique et même roman dans le roman. Un récit passionnant, construit sur un rythme crescendo, qui explore notamment la question de l’identité.

Quelques petites infos :

  • Editeur : les ardents éditeurs
  • Paru en : 2017
  • Nombre de pages : 176

Mon avis :

Je remercie encore une fois Livraddict, le forum sur lequel j’ai découvert les masses critiques, Babelio pour organiser tout ça et Les ardents éditeurs qui m’ont envoyé un joli colis !

      Durant tout le roman, mes émotions sont allées crescendo. Lorsqu’on commence la lecture, Fanny nous est présentée comme un personnage très mélancolique. Elle est dépressive à cause d’évènements passés au Moyen Orient mais les raisons restent mystérieuses donc au départ j’ai trouvé ça un peu pesant. Comme c’était vraiment la première fois que je lisais ce genre de livre, j’ai eu très peur de ne pas accrocher.

Et puis au fur et à mesure, puisqu’elle ne supporte pas d’avoir beaucoup de contacts avec les gens du village, elle va fouiner un peu dans une maison où elle n’a pas forcément de bons souvenirs. C’est ainsi qu’elle va par hasard tomber sur les carnets de jeunesse de sa grand-mère. Elle va alors trouver le portrait d’une jeune femme qui ne ressemble pas du tout au souvenir qu’elle a de sa grand-mère et surtout, Fanny va se rendre compte qu’il y a des zones d’ombre dans l’histoire familiale qu’elle connaît. En bonne journaliste, elle ne pourra résister à la tentation de découvrir ce qu’il se cache derrière ces mystères.

Le contexte a été une nouvelle surprise pour moi. D’abord, le village. Tout se passe en pleine campagne limousaine et l’auteur a vraiment essayé de retranscrire l’attitude des habitants, les potins, les « on dit », les anciens qui n’ont pas leur langue dans leurs poches … On retrouve le caractère typique des villages un peu isolés dans leur campagne et ça m’a pas mal de fois fait sourire puisque c’est le cadre dans lequel j’ai grandi donc j’avais l’impression de retourner un peu chez moi.

Mais au final, c’est plutôt le contexte historique qui m’a perturbé. Une bonne partie du roman provient des écrits de Rachel pendant la seconde guerre mondiale. Ça reste la vision d’une adolescente de bonne famille qui a été mise à l’abri et qui côtoie des résistants locaux. Mais il faut dire ce qui est, je n’aime pas du tout ce qui est en rapport avec la guerre. Quelle qu’elle soit.

Et c’est grâce à ça que je me suis aperçue que ce roman, cette histoire, ce travail, sont tout simplement magnifiques. La construction du roman, avec les écrits de Rachel, les correspondances entre Fanny et son cousin ou encore les propres carnets de Fanny, est très bien maîtrisée et amènent une très bonne dynamique à l’histoire.

L’écriture en elle-même m’a parfois posée problème parce qu’il y a énormément de références culturelles (musiciens, peintres, auteurs etc) que je ne connaissais pas donc ce n’était pas toujours évident pour moi de comprendre ou de me représenter ce que les personnages voulaient évoquer à travers tout ça.

En même temps, Josèphe Viallard a une façon de décrire les choses, les paysages tellement douce, tellement belle ! J’ai eu l’impression de découvrir un petit bout de France, avec son histoire passée et présente comme si j’y étais. Oui, cet auteur m’a fait voyagé et c’est bien rare alors ça mérite réellement d’être souligné.

Ce n’est malgré tout pas un coup de cœur parce qu’à la moitié du roman je me doutais de la chute de l’intrigue. Pourtant j’ai pris plaisir à continuer de découvrir comment tout allait se dérouler.

Bref, une très bonne lecture que je recommande !

Ma note :

8/10

Publicités

Une réflexion sur “Fanny Z de Josèphe Viallard

  1. Pingback: Index des chroniques littéraires |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s