La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier

la-jeune-fille-a-la-perle-de-tracy-chevalier

« Je n’aurais jamais cru que je pouvais apprendre quelque chose d’une servante », finit-il par dire.

Synopsis :

La jeune et ravissante Griet est engagée comme servante dans la maison du peintre Vermeer. Nous sommes à Delft, au dix-septième siècle, l’âge d’or de la peinture hollandaise. Griet s’occupe du ménage et des six enfants de Vermeer en s’efforçant d’amadouer l’épouse, la belle-mère et la gouvernante, chacune très jalouse de ses prérogatives.

Au fil du temps, la douceur, la sensibilité et la vivacité de la jeune fille émeuvent le maître qui l’introduit dans son univers. A mesure que s’affirme leur intimité, le scandale se propage dans la ville…

Un roman envoûtant sur la corruption de l’innocence, histoire d’un cœur simple sacrifié au bûcher du génie.

Quelques petites infos :

  • Editeur : Folio
  • Paru en : 1999
  • Nombre de page : 312

Mon avis :

      On démarre le livre avec Griet qui a seize ans et qui, suite à un accident qui empêche son père de travailler, va devoir travailler elle-même en tant que servante pour nourrir sa famille. Et c’est le peintre Vermeer qui va l’embaucher, un artiste qui n’est pas célèbre mais qui a assez de notoriété à l’époque pour avoir des commandes de tableau. Les attributions de Griet sont diverses : cuisine, lingerie, ménage, s’occuper des enfants mais surtout, elle est la seule à devoir faire le ménage dans l’atelier du peintre et il est clair qu’elle doit s’acquitter de son travail sans bouger un seul objet de la scène que son maître peint. Griet a à cœur de mener à bien son travail mais la deuxième fille de l’artiste ne voit pas son arrivée d’un bon œil et fera tout pour qu’elle se fasse renvoyer. Partagée entre toutes les questions qu’elle se pose sur les tableaux et son devoir de garder son travail pour ses parents, Griet va devoir être rusée pour tout concilier.

Ce roman s’inspire du véritable tableau de Johannes Vermeer : la jeune fille à la perle, qui a connu une certaine polémique à une époque et surtout un mystère pour tenter de comprendre qui était cette inconnue sur le tableau. En effet, le peintre hollandais est reconnu pour avoir été l’un des hommes les plus secrets de l’histoire de la peinture et qui n’était connu que pour un nombre assez réduit de ses œuvres. On le perçoit d’ailleurs dans le roman comme un artiste humble et perfectionniste, qui vit pour peindre mais qui ne peint pas pour la richesse ou la notoriété.

Pour décrire ce livre, je vous dirais que c’est une histoire simple mais qui renferme et délivre beaucoup de principes et de vérités. Le peintre Johannes Vermeer a vécu au 17ème siècle et je pense que l’auteur a vraiment voulu se mettre dans la tête d’une jeune fille de l’époque même si on retrouve parfois des éléments qui nous font plutôt penser au 20ème siècle. Quoi qu’il en soit, on a un personnage principal simple, qui accepte totalement sa condition, c’est-à-dire une famille pauvre avec peu d’éducation qui a besoin qu’elle travaille pour nourrir tout le monde. On ressent vraiment la simplicité de sa condition à travers l’écriture car les phrases sont courtes, précises, elles ne sont pas la pour brasser du vent. D’ailleurs il y a vraiment peu de descriptions à part pour ce qui a de la valeur à ses yeux, ce qui l’émerveille. Les couleurs représentent pour elle la vie, la lumière, une manière de fuir son quotidien de servante. Fascinée par son maître, le peintre, elle ne doit pourtant pas se laisser prendre au piège. Sa place n’est pas dans ce monde, elle ne pourra jamais l’atteindre, même si elle démontre des facultés artistiques. Elle sait qu’elle ne pourra jamais s’élever dans la société. Malgré tout, sa relation avec Johannes Vermeer change subtilement au fur et à mesure, surtout de son point de vue à elle. Mais Griet est une jeune femme posée, réfléchie, et essaie par-dessus tout de ne pas se laisser prendre dans le piège de la naïveté et de la confiance. On sent qu’il est difficile pour elle de ne pas franchir la limite et d’essayer d’assurer son avenir en trouvant un garçon à épouser qui soit accessible, même si beaucoup moins « lumineux ».

J’admire vraiment le travail de Tracy Chevalier qui nous propose une histoire douce et en même temps pleine de sentiments. Elle réussit à emporter son lecteur 4 siècles en arrière pour nous montrer d’un côté la condition sociale des femmes à cette époque, d’un autre la relation entre catholique et protestant, et également et surtout la place de la peinture à cette époque et toutes les valeurs qu’elle transporte avec elle. Et on ne découvre pas que le tableau de la jeune fille à la perle dans ce roman. Les autres comme le concert ou la dame au collier de perles ont également existé et sont tellement bien décrits que je pense que plus jamais je ne verrai un tableau de Vermeer sans ressentir la lumière, la patience, la précision. C’est tellement subtil et en même temps détaillé, puissant, j’ai adoré ma lecture.

 

Ma note :

9/10

Petite info :

Suite au roman dont la première publication remonte à 1999, un film éponyme est sorti en 2003 réalisé par Peter Webber. Celui-ci est beaucoup plus centré sur la relation très particulière de Griet et son maître et certains détails diffèrent entre le roman et le film mais cela reste une très belle adaptation.

Publicités

4 réflexions sur “La jeune fille à la perle de Tracy Chevalier

    • J’avoue que les romans de Tracy Chevalier sont peu connus. Je n’en avais jamais entendu parlé, je suis tombée dessus par hasard et ça m’a intriguée. C’est un beau roman pour sortir de sa zone de confort quand on n’a pas ce genre de lectures.
      Je n’ai jamais lu de livres de Michel Bussi même si j’en ai dans ma PAL. Bien sûr j’ai déjà vu passer Nymphéas Noirs dans ma librairie mais le dernier thriller que j’ai lu m’a un peu traumatisé et je n’arrive plus à me laisser tenter par ce genre de roman pour l’instant. Mais je note avec plaisir ton conseil 😉 on ne sait jamais ! 🙂

      Aimé par 1 personne

  1. Pingback: Indes des chroniques littéraires |

  2. Pingback: Index des chroniques littéraires |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s