Little sister de Benoît Séverac

little-sister-de-benoit-severac

« C’est difficile d’en vouloir à un grand frère qu’on aime. Difficile aussi d’aimer un frère à qui on en veut autant.

Quand on est enfant, on grandit à ses côtés en se disant que c’est pour toujours, qu’il sera tout le temps là pour vous, qu’il viendra vous chercher à la sortie de l’école même quand on aura quitté les bancs de l’école depuis belle lurette, qu’il continuera encore longtemps à vous défendre. Et puis, en vieillissant, on comprend qu’on ne vivra pas avec lui, ni comme lui, mais on continue à partager ce qu’il y a de plus précieux, de plus beau, ce qui nous a fondés : l’enfance. Quelque chose nous unit, un lien indestructible … C’est ce lien qu’Ivan a détruit. »

Synopsis :

Du haut de ses seize ans, Lena fait preuve d’une assurance étonnante. Pourtant sa vie est loin d’être simple. Lena Rodriguez, c’était son nom avant. Sa nouvelle identité, elle ne peut la révéler à personne… Lena a convaincu ses parents de la laisser partir seule quelques jours à Cadaquès, chez son oncle et sa tante catalans. Elle ne leur a pas tout dit. Là-bas, elle a rendez-vous avec Ivan, son grand frère que personne n’a vu depuis quatre ans… depuis qu’il est parti, sans explication, faire le djihad en Syrie.

Quelques petites infos :

  • Date de parution : 2016
  • Editeur : Syros
  • Nombre de pages : 200

Mon avis :

      J’ai voulu lire ce livre parce que notre société a connu ses dernières années des évènements tragiques qui ont marqué les esprits par leur violence. Et je ne sais pas si c’est vraiment instinctif ou par pure colère ou peur, mais lorsqu’un individu commet des actes terroristes, on se tourne quasiment automatiquement vers la famille pour les accuser, même silencieusement, de ne pas avoir remarqué quelque chose, d’avoir loupé leur éducation et donc, indirectement, d’avoir contribué à ses atrocités. Et personnellement je pense que tout n’est ni tout noir ni tout blanc. Il existe, comme on dit, beaucoup de nuances de gris et à mon sens c’est trop facile de s’en prendre aux familles. On ne peut pas toujours être tenu pour responsable des actes des autres même s’ils font parti de notre famille. Donc j’ai voulu savoir comment l’auteur percevait le sujet.

On démarre le livre avec Lena, une jeune fille qui a douze ans lorsqu’un soir, à la télé, elle découvre son frère sur une photo choc, au milieu de djihadistes qui ont décapité un journaliste français. Ses parents le pensaient en stage en Angleterre et c’est donc un véritable choc émotionnel pour toute la famille. Comme on peut l’imaginer, ils sont contraints de changer de nom, de région, de travail, et ne s’en remettent jamais. Malgré tout Lena ne coupe jamais les ponts avec Théo, qui était le meilleur ami de son frère et qui a souffert tout comme eux de cette terrible nouvelle. Quatre ans plus tard, elle reçoit une lettre de Théo qui lui indique qu’Ivan, le frère de Lena, a repris contact avec lui pour retrouver sa sœur. Lena arrive à convaincre ses parents de la laisser partir en Espagne dans leur famille, soit disant en vacances, pour en fait retrouver son frère, convaincue qu’il y a eu méprise sur toute l’histoire et qu’il souhaite aujourd’hui rentrer chez eux.

Quand je me suis plongée dans les premières pages, lorsqu’ils découvrent Ivan au milieu de terroristes lié à un fait atroce qui s’est réellement déroulé, ça m’a perturbé. Il n’y a pas de prologue, pas d’introduction, on rentre directement dans le vif du sujet et ça m’a conforté dans l’idée que j’avais de ce livre à savoir ; le combat de Lena pour « comprendre », accepter et malgré tout continuer de vivre sa vie. Je m’attendais à quelque chose de probablement difficile à lire mais malgré tout poignant, même si je savais que c’était tout à fait romancé. Mais ce que j’ai trouvé dans ce livre m’a laissé un goût amer. On a énormément de monologues et de descriptions sur le malheur de ses parents, sur la difficulté qu’elle rencontre à retrouver une vie « normale » parce que comme ses parents ne s’en sont pas remis, elle-même ne s’en sort pas et continue même à avoir des doutes sur la culpabilité de son frère. Et puis alors qu’elle arrive à partir avec Théo en Espagne et à rejoindre le point de rendez-vous donné par son frère, on passe au point de vue de Théo qui lui n’est pas avec Lena. On ne sait donc pas ce qui se passe, ce qui se dit entre Lena et Ivan. Et quand, arrivé aux trois quarts du roman on change encore de personnage narrateur, on ne retrouve pas Lena mais un agent de la DCRI qui est depuis quatre ans sur l’affaire d’Ivan. Et là, en une vingtaine de pages, tout est bâclé, expliqué en quelques phrases succinctes et balayé. On passe tellement de temps à lire les états d’âmes de Lena, sa souffrance et son incompréhension, et à la fin on ne sait même pas si elle a pu poser des questions à son frère, ce qui s’est passé, si elle a parlé de ses parents, ce qu’elle ressent etc.

J’écris cet article avec une semaine de recul pour pouvoir peser mes mots tant j’ai été déçue et frustrée. Chacun ses goûts, son point de vue et je ne souhaite pas non plus dénigrer le travail de l’auteur, parce que oui je suis sûre qu’il y a eu des heures de travail derrière. Mais franchement, je trouve qu’étant donné le contexte actuel, prendre le sujet des terroristes djihadistes, qui part en plus d’un fait qui s’est réellement déroulé, est un mauvais choix lorsqu’on souhaite n’en faire qu’un roman « d’action ».

Si vous avez un avis moins tranché que le mien, et en connaissance de cause après la lecture de mon article, je tiens à dire que le roman en lui-même est très bien écrit donc n’hésitez pas.

Note :

4/10.

 

Publicités

2 réflexions sur “Little sister de Benoît Séverac

  1. Pingback: Indes des chroniques littéraires |

  2. Pingback: Index des chroniques littéraires |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s