Memorex de Cindy Van Wilder

Memorex de Cindy Van Wilder 2  « Je lâche la sourie, comme si celle-ci m’avait brûlée. Mon souffle se fait sifflement, il emplit la chambre. Je devrais me détourner de cette image, mais je n’y parvins pas. Qui m’a envoyé ceci ? Et avec un tel message ? TE SOUVIENS – TU ?

Bourreau. Tortionnaire. Comment pourrais-je oublier ? J’ai mal. Mal à la poitrine, mal au coeur, mal à en crever.

J’ai envie de hurler. »

Synopsis :

  1. Cela fait un an que la vie de Réha a basculé. Un an que sa mère est morte dans un attentat contre sa fondation, Breathe, qui promeut un art contemporain et engagé. Un an que son père, un scientifique de génie, ne quitte plus Star Island, l’île familiale. Un an qu’Aïki, son frère jumeau, son complice de toujours, s’est muré dans une indifférence qui la fait souffrir.

Le jour de ce sinistre anniversaire, la famille est réunie sur l’île : c’est le moment de lever les mystères, les tabous, les rancoeurs que Réha ressasse depuis un an. Au cœur de l’énigme : Memorex, la multinationale pharmaceutique de son père, ainsi que ses expérimentations sur la mémoire. Des expérimentations qui attisent les convoites de personnages puissants et sans scrupules, prêts à tout pour accomplir leurs rêves les plus fous.

Quelques petites infos :

  • Editeur : Electrogène
  • Date de parution : 2016
  • Nombre de page : 400

Mon avis :

      On démarre l’aventure avec Réha, une jeune fille qui vit « en colocation » avec sa meilleure amie Isle dans un pensionnat pour familles extrêmement aisées. Tout ce qu’on sait c’est que la maman de Réha est morte dans un attentat un an auparavant, ce qui l’a profondément bouleversée et changée. Elle ne communique plus avec Aïki son jumea, rechigne à voir son père, et est très attaché à Kim, son professeur d’orientation qu’elle connaît depuis très longtemps et pour qui elle a des sentiments amoureux. Réha est une jeune fille qui semble en colère contre le monde entier. Elle a un fort caractère qui lui permet de se protéger contre les langues de vipères ou encore les journalistes qui ne la lâchent pas d’une semelle mais qui n’en fait pas un personnage très agréable.

Je crois que le problème c’est que j’attendais trop de ce livre. En lisant la quatrième de couverture je me suis dit que Réha (puisque c’est elle le personnage principal) allait découvrir les sombres secrets de la multinationale de son père. Je pensais retrouver une écriture mature, qui nous permet de plonger dans l’univers assez noire de ses scientifiques qui dépassent les limites de l’entendement. Je m’attendais donc un minimum à de la science-fiction. PAS DU TOUT ! Je me suis trompé du tout au tout, ça a été une vrai claque. Je vous dirais que je trouve qu’il y a deux parties dans le livre.

Première moitié : Je ne me suis pas attachée à Réha. Elle est en colère contre tout et tout le monde, tout le temps et ça n’a pas de fin alors c’est agaçant. On retrouve aussi régulièrement des flash-backs qui n’ont franchement ni queue ni tête. Ça ne m’apprenait rien et comme c’est incessant ça m’empêchait de plonger dans l’univers de Réha, d’essayer de la comprendre. Et puis les informations sont jetées comme ça : elle est en colère contre son père, sa tante et son jumeau, chacun pour des raisons différentes qu’on ne connaît pas. On rencontre Kim, son professeur d’orientation pour qui elle a des sentiments, qu’elle connaissait visiblement bien avant qu’il ne devienne professeur sans qu’on sache pourquoi ni comment. Sur ces 200 premières pages, à part sa chambre à la mansfield academy, elle ne parle de rien d’autres. Pas de cours, pas de profs, rien sur sa vie de tous les jours et moi ça m’embête. A part Isle qui est sa meilleure amie, et deux ou trois noms de personnes qui lui tapent sur les nerfs, on n’apprend rien sur la vie de Réha et on n’entend même pas parlé de Memorex qui est censée être la fameuse multinationale au cœur du problème. Je rappelle quand même que c’est le titre du livre donc j’attendais que ce soit au moins mentionné.

Deuxième moitié : enfin ça commence ! On arrive dans le vif du sujet. Réha et Aïki repartent sur l’île de leur père, on rencontre le grand père de Réha et leur tante Meg. Les langues se délient un peu. On obtient quelques réponses. Une véritable intrigue se met doucement en place et permets « de faire passer le temps ». Malheureusement c’est comme ça que je l’ai ressenti parce que même si du coup j’ai décidé de finir le livre, ce n’est pas non plus un coup de cœur. Je pense que si cette deuxième partie était intéressante c’est aussi principalement parce que Aïki était là. Ça devrait être lui le personnage principal, il a quand même beaucoup plus de caractère à montrer et de choses à raconter. Malgré tout j’ai aimé la fin de l’histoire donc c’est quand même pas mal (il n’y a rien de pire que de lire un super roman avec une fin décevante). Un bon point donc pour moi mais trop de points négatifs d’où ma note.

Note :

5/10

 

Publicités

2 réflexions sur “Memorex de Cindy Van Wilder

  1. Pingback: Indes des chroniques littéraires |

  2. Pingback: Index des chroniques littéraires |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s