Igneus de Patrick S. Vast

Igneus de Patrick st vast
Time, it needs time
To win back your love again
I will be there, I will be there
Love, only love
Can bring back your love someday
I will be there, I will be there

I still loving you – Scorpions

Synopsis :

Toussaint 1984 :

Dans l’incendie d’une discothèque de Tournai, 150 personnes périssent, dont 4 musiciens du groupe rick Wild Mind.

Toussaint 2014 :

Dans une rue de Lille, un jeune homme meur brûlé vif, une jeune femme se rend à un mystérieux rendez vous dans le lieu de l’ancienne bibliothèque et, dans la campagne aveyronnaise, un enfant s’enfuit dans la nuit.

« Igneus », un thriller où se mêlent rock, satanisme, vengeance et destins croisés.

Quelques petites infos :

  • Editeur : Fleur sauvage
  • Date de parution : novembre 2015
  • Nombre de page : 234

Mon avis :

Je vous ai mis en synopsis tout ce qui était indiqué sur la quatrième de couverture pour que vous puissiez comprendre à quoi je m’attendez exactement en lisant ce livre.

Tout d’abord je dois être honnête, j’ai rencontré l’auteur Patrick St Vast tout à fait par hasard dans une librairie où il tenait une séance de dédicace. Le fait est que je lis très rarement des livres d’auteurs français et si vous suivez mes chroniques littéraires vous comprendrez que c’est principalement parce que j’en reste bouche bée (et pas souvent dans le sens positif). Quoi qu’il en soit, en discutant avec lui, il a bien sûr réussi à me vendre son livre qu’il qualifiait de policier fantastique. Je pensais que cela pouvait être original alors j’ai voulu tenter.

Tout d’abord, la construction du roman est pour moi un point négatif.  En effet on suit beaucoup de personnages différents : Jizza, Xavier, Charles Manfret, le docteur Soriot, Lucette et j’en passe. Tous sans exception se trouvent dans des lieux différents aux quatre coins de la France et beaucoup n’ont aucun lien entre eux. Alors pour pouvoir suivre tout ce petit monde en même temps, l’auteur insère quelques paragraphes pour chaque personnages dans chaque chapitre et c’est vraiment irritant parce que : un, on ne peut pas s’attacher/s’identifier aux personnages, pas le temps puisqu’on passe rapidement aux autres. Deux, c’est frustrant de suivre une action et de ne pas en connaître les débouchés parce qu’on passe à un autre personnage. Et trois, on est facilement perdu avec tous les lieux et tous les proches de chaque personnage, il faut repartir en arrière pour comprendre où on en était resté avec untel et c’est vraiment énervant. Donc à moins de lire le livre d’une traite, sinon franchement je trouve ça mal fait. Après c’est peut être une affaire de goût !

L’histoire en elle-même pourrait être bien. Lucette et Xavier font partie d’une secte satanique qui enrôle de jeunes enfants en difficulté et qui opère déjà depuis de nombreuses années dans le sud de la France sous la coupe du Dr Soriot. Xavier est en fait un personnage clé de l’histoire puisqu’on découvre que même s’il ne le contrôle pas, il peut brûler des personnes sans même les toucher (d’où le rapport au titre, Igneus : brûler). Je pensais que le côté fantastique dont l’auteur m’avait parlé venait de là. Arrive alors un « lien » avec Jizza. Cette jeune femme, chanteuse dans un groupe de musique de Lille, se trouve être la fille d’un membre du groupe Wild Mind qui a péri dans une discothèque de Tournai trente ans plus tôt. Un soir, complètement désœuvrée en sortant d’un bar, elle est prise en stop par des jeunes dans une camionnette qu’elle va ensuite identifier comme étant les fantômes des musiciens de Wild Mind. Le soucis c’est que la secte du Ropiac et le combat de personnes non corrompus pour sauver les enfants reste l’élément principal de toute l’histoire. Je n’ai pas du tout compris l’intérêt de cette intervention de fantôme qui ne passe que deux fois et qui n’apporte pas d’éléments importants à la résolution de l’intrigue. L’intervention du père de Lucette est aussi une question en suspend pour moi. Si sa fille travaille à la secte pour aider ceux qui tentent d’y mettre un terme, le père va y travailler à cause de difficultés financières qui n’ont l’air d’être qu’une excuse pour intégrer le Ropaic. Il prend part aux cultes, apprend les prières, obéit aux ordres et puis quelques jours après change d’avis. On s’attend à ce qu’il se passe quelque chose mais ce ne sera pas le cas. La non plus je n’ai pas compris l’intérêt. Le roman étant plutôt court donc ces détails m’ont interpellés et gênés.

Je ne peux pas dire que j’ai été déçue parce que je ne lis pas beaucoup de livres sur le satanisme, ni de « policiers fantastiques » donc je ne m’attendais pas à quelque chose en particulier en commençant ma lecture. Simplement, je n’ai pas eu d’atomes crochus avec ce livre. Beaucoup de choses m’ont énervées et pour certains personnages la fin m’a déplu, d’où ma note.

Note : 4/10

PS :

Peut être certains d’entre vous se demanderont pourquoi j’ai décidé de mettre les paroles de Still Loving You de Scorpions en citation. En fait l’auteur prête beaucoup d’attention aux chansons qu’écoutent les personnages ; on va donc retrouver les paroles de certaines chansons des groupes AC DC, Police, Led Zeppelin ou encore Black Sabath. Celles qui reviennent le plus souvent sont Still Loving You de Scorpions. Alors encore une fois il n’y a aucun intérêt particulier à la présence de ses paroles mais j’aime bien cette chanson et comme ça semblait important pour l’auteur, j’en ai fait ma citation référence.

Publicités

2 réflexions sur “Igneus de Patrick S. Vast

  1. Pingback: Indes des chroniques littéraires |

  2. Pingback: Index des chroniques littéraires |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s