King’s game

kings-game

« Le monde voulu par le roi était un monde anéanti où seuls étaient indispensables l’obéissance absolue, la colère, la traîtrise, la vengeance, le ressentiment et la jalousie.

Pleurer n’était pas nécessaire. »

Synopsis :

1 classe, 32 élèves, 24 heures pour obéir. Une seule sanction : la mort.

Nobuaki est réveillé en pleine nuit par un étrange SMS qui met au défi deux de ses camarades de lycée de s’embrasser. Le mystérieux expéditeur du message prétend que la classe entière participe à un « King’s game ». Jour après jour, les défis se succèdent, et les lycéens sont bien obligés de se rendre à l’évidence : ils ont 24 heures pour s’éxécuter et la sanction en cas de désobéissance est la mort.

Suicides ou meurtres ? Puissance occulte ou criminel de chair et de sang ? Où qu’elles soient, quoi qu’elles tentent pour s’échapper, la mort vient trouver ses jeunes victimes, infaillible. Le couperet se rapproche dangereusement de nos héros… Parviendront-ils à découvrir la vérité avant qu’il ne s’abatte ?

Quelques petites infos :

  • Editeur : Lumen
  • Date de parution : mai 2014
  • Nombre de pages : 373

Mon avis :

         L’histoire est agréable à lire ; l’écriture en elle-même est simple, fluide et jeune. Il n’y a pas beaucoup de détails physiques sur les paysages et les personnages. L’imagination m’a permis de combler ce qu’il manquait donc ça ne m’a pas posé de problème personnellement mais ça peut être un peu déroutant pour d’autres lecteurs. En fait l’auteur se concentre essentiellement sur les actions. C’est une assez bonne stratégie au final puisque ça nous pousse à nous poser des questions non pas sur le contexte mais sur l’intrigue et la suite de l’histoire. Pourtant avec le recul je trouve que c’est un peu précipité.

J’ai été assez surprise de constater que l’auteur s’est lui-même mis en personnage principal. En dehors de ça, on s’attache très facilement à Nobuaki et ses amis. Mon plus gros soucis c’est que l’on suit vraiment les trente deux élèves et je me suis facilement perdue entre tous les noms japonais. C’est assez bien vu par l’auteur d’avoir mis la liste des noms des élèves de la classe au début du roman mais entre ceux qui ont le même prénom et toutes les rivalités anciennes et nouvelles qui sont révélées au fur et à mesure qu’on avance, il y a de quoi avoir le tournis. La liste diminue rapidement car bien sûr on comme on s’y attend il y a des morts et là ATTENTION ! Il y en a qui m’ont un peu fait grimacer alors que je m’y attendais plus ou moins. Donc si vous êtes une âme sensible avec une bonne imagination, accrochez vous.

En clair, j’ai bien aimé. Il est bien construit et nous met en haleine du début à la fin. D’ailleurs je ne m’attendais pas du tout à cette fin et j’ai été une fois de plus agréablement surprise ! Ce qui est sympa aussi c’est qu’on ne reste pas qu’avec Nobuaki, Naoya (son meilleur ami) et Chiemi (sa petite amie) toute l’histoire. J’ai adoré les petites appartées que l’auteur a mis avec Nami, Daisuke ou encore Ria. Bon je dirais quand même que les caractères des élèves sont vraiment poussés à l’extrême parfois et beaucoup d’élève ont un comportement étrange (psychologiquement ils ne sont pas très biens !), parfois cruel ou sordide. Pour moi ça fait partie de l’esprit japonais car c’est typiquement ce qu’on retrouve dans les mangas et animes donc je ne n’y ai pas prêté attention plus que ça. En réalité si je découvrais ça dans un livre français ou anglais ça me mettrait mal à l’aise je pense …  Bref, tout ça pour dire que si on met à part le côté sanglant et cru, on découvre les ravages de la nature humaine face à la peur de mourir. En fond on a donc une petite leçon de vie.

Je ne suis pas une grande spécialiste de la littérature japonaise. Je ne lis pas de mangas, je regarde rarement des animes, donc je ne suis pas habituée à l’esprit japonais qui rend les réactions et interactions des personnages très différentes de ce qu’on a l’habitude d’attendre. Même si beaucoup de mangas sont adaptés aujourd’hui en roman et que donc je risque de lire plus souvent ce type de littérature, mon avis est pour l’instant à prendre avec ses limites.

Note : 7/10.

Voici les tomes déjà sortis :

                  king's game extreme  king's game spiral  king's game origin

Vous pouvez également les retrouver en mangas dans vos librairies !

Publicités

8 réflexions sur “King’s game

  1. Pingback: Lecture du moment |

  2. Pingback: King’s game Extrême (Tome 2) de Nobuaki Kanazawa |

  3. Pingback: Indes des chroniques littéraires |

  4. Pingback: Index des chroniques littéraires |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s